pêche à la mouche en Auvergne du Puy de Dôme au cantal

PÊCHE À LA MOUCHE EN AUVERGNE du Puy de Dôme au Cantal

Du sancy sud au vallée profonde du Cantal /PÊCHE À LA MOUCHE EN AUVERGNE

 n1 La Tarentaine.

Pour la pratique de la peche à la mouche en France métropolitaine, l’AUVERGNE  reste une destination phare.
Le nord du Cantal et le sud du Puy-de-Dôme représentent un endroit très intéressant pour la pêche sportive. Magnifique de par ces paysages  sauvages, ainsi que par son potentiel halieutique , un royaume pour dame Fario .

Afin de vous permettre de bien comprendre ce secteur de pêche, je vous indiquerai des informations pratiques qui vous aideront, je l’espère, à vous repérer.

truite de la tarantaine prise a la mouche
truite de la tarantaine
Nous partirons du versant sud du Massif du Sancy, situé dans le Puy-de-Dôme. Car deux rivières prennent naissance dans cette partie méridionale, la Rhue et la Tarentaine .Puis la découverte de ces secteurs, pour la pratique de la pêche à la mouche, des lieux les plus favorable. Oú elles serviront de fil conducteur jusqu’à la Dordogne, dans le département du Cantal. Un vrai pays de pêcheurs à la mouche! La Tarentaine, comme la Rhue, sont formées elles-même de plusieurs petits torrents, couzes et rases. Ces derniers offrent une très belle diversité de pêche au toc. Et cela, durant toute la saison. De plus, en période d’étiage, c’est-à-dire au mois de juillet et d’août, la pêche à la mouche posée est largement pratiquée. Elle fait même partie de l’histoire du pays.
Mais cependant, depuis quelques années , voire quelques décennies, la pêche à la mouche fouettée a été développée par quelques passionnés.

Saint-Donat et la Tarantaine pour la pêche à la mouche

Saint-Donat est une commune immense et très étendue. Elle commence au pied du Massif du Sancy, là où les torrents et les ruisseaux font office de frontière entre les communes. Et c’est là, au lieu-dit de la Morangie, plus précisément à la ferme de l’Esclu, que la Trente et la Trentaine se mélangent dans une zone torrentueuse formée d’orgues et de coulées de lave.

cascade de st Donat
cascade de st Donat
C’est ici,que les premiers parcours de pêche à la mouche deviennent intéressants. Petite précision: nous sommes en amont de Saint Donat.
À Saint-Donat, juste sous la statue de la Vierge.(la cascade du gouffre du pierrot),
un parcours magnifique mais pauvre en salmonidé, la rivière est rapide, granitique et volcanique. Sur cette partie, la rivière reste pauvre, il y a bien quelque truite, mais il est préférable de le pêcher en amont ou en aval de se secteur.
Le pond des Anes/ Tarantaine:
Un super parcours aussi en aval qu’en amont la rivière reste prometteuse. En aval le parcours est très sportif avec d énorme bloc, de gouffre , et de rapide. En amont le parcours est plus serein une promenade je dirais même, avec de jolie truites fario.
Le camping de Champs sur Tarantaine/(Tarantaine et Rhue):

Champs sur tarantaine est un joli port de pêche, la Tarentaine a tous les atouts d’une grande rivière pour la pratique de la pêche à la mouche. Quelque km en dessous le camping la tarantaine se jette

peche de la truite sur la tarantaine auvergne
peche de la truite sur la tarantaine auvergne

dans la Rhue un secteur magnifique ou chaque année des poissons de belles tailles se font capturer.

Pour mon prochain article nous parlerons de la Rhue, une rivière de coeur qui compose la fin de notre balade halieutique jusqu’à la Dordogne .

des nouvelles de la haute Sioule

Voici un article écrit par un ami, je l ai connu à ces début maintenant il est devenu juste impressionnant autant en lac qu’ en rivière:

Compte-rendu de ma journée de pêche au parcours no-kill de la Miouze (sur la Sioule)

Parcours : du pont du hameau dit « La Miouze » (D 986) au bout du chemin « Chez Rique » (confluence entre la Sioule et la Miouze).

Me voici revenu de ce parcours no-kill avec une bonne impression : l’ayant parcouru dans sa partie amont (du pont routier de la D 52 jusqu’au pont de la Miouze), il est assez agréable avec environ trois types de postes : des belles veines d’eau courant le long d’une berge ou d’une bordure creuse, souvent boisée (propices à la pêche en NAF), des lisses sur des coudes de rivière qui constitueront des spots intéressants pour la pêche en sèche plus tard dans l’année (notamment sur les bordures et les courants léchant celles-ci) et des radiers au courant soutenu entre ces différents types de postes (dont un qui m’a fait chuter une fois dans l’eau, pendant l’après-midi).

La pêche en nymphe sous la canne, avec deux nymphes comme me l’a conseillé un guide du Massif du Sancy, a été productive : j’ai notamment pris trois truites de plus de 30 cm (entre 30 et 35 cm), qui m’ont valu une belle défense, dévalant le courant, souvent de travers, comme le font les ombres. Je me rends compte que ma manière de pêcher a changé : je ne me jette plus sur le moindre poste mais je prends mon temps pour les appréhender de façon reposé. Ainsi, je prends beaucoup moins de poissons mais de plus jolis. Ce qui est bon signe. J’ajoute que si un beau poisson est posté dans un coup intéressant, j’arrive toujours à l’attraper.

Concernant la pêche, j’ai pêché avec ma technique classique : un bas-de-ligne pour la sèche en rivière (formule : cf Franck Coudière), un mètre de fil de couleur orange et deux nymphes perdigones, dont une en potence. Les rouges/ noires, quill de paon/ tinsel vert et quill/ tinsel rose ont bien marché. 

Pour l’instant, je n’ai pas pû remarquer de gobages sur ce parcours, même si je m’y attendais. Je n’ai jamais vraiment pêché en sèche, dans cette zone. Rien sur les lisses, rien sur les veines à bulles. J’attendrai donc des jours plus chauds pour revenir, nous verrons bien. Dès que la saison sera un peu plus avancée, la baisse du niveau d’eau fera que les veines seront resserrées et plus facilement accessibles. Ce sera encore meilleur pour la nymphe sous la canne, sous-réserve de pêcher avec du fil plus discret.

Dernier point : faire attention, sur ce parcours. Comme souvent dans cette plaine de Pontgibaud, le cours de la rivière est environné d’arbres, ce qui rend régulier les accrochages de mouches. Il existe moins ce problème dans la gorge de Peschadoires à Montfermy, surtout que le lit est plus régulier et qu’il est plus facile de pêcher à bonne distance des branches, au milieu de la rivière).

Note pour le lecteur : s’il va y faire un tour, il lui sera conseillé de prospecter les veines d’eau autour de la pile du pont routier de la D 52. De chaque côté. Sensations garanties si les deux torpilles sont toujours en poste.

le hanneton des jardins ou phyllopertha horticola

Philloperta horticola ou hanneton des jardins est un insecte indispensable pour le pêcheur à la mouche dans les zone de montagne.
Souvent présente debut juin sur le plateau de l’Artense son pic d’éclosion de situe aux alentours du 15 pouvant se déporter jusqu’à debut juillet.
C’est au moment ou la reounée bistorte fleurit, que le hanneton apparait, le feu vert pour une pêche miraculeuse !
Aussi appelé babarotte ou moneroux ou encore hanneton des fougères, suivant l’endroit où vous vous trouvez.
Certaines années sont plus productives que d’autres.
J’ai appris à utiliser le monéroux très jeune avec les « anciens »du pays. Nous partions à travers les ruisseaux du massif, pécher à la surprise avec une grande barre de cinq mètres,1m50 de fil et un hameçon de 10.
Moi le gamin, j’avais deux missions: la première était d’en récolter assez pour préparer une bonne pêche; la deuxième était de secouer les aulnes bordant la rivière, afin de faire tomber un grand nombre de hannetons permettant d’amorcer les coulées plus propices.

pêche à la mouche auvergne
renouée bistorte

J’adore cette période de l’année qui réserve des pêches exceptionnelles, créant une frénésie alimentaire pour tous les poissons, aussi bien en lac qu’en rivière.
En bon pêcheur, je secoue encore les arbres au départ du vent sur les lacs, puis je recule avec ma barque jusqu’à la troisième ou quatrième vaguelette et je me poste. Je vois un godage, je ne le pêche pas, car le bruit du poisson qui gobe va appeler d’autre poisson. C’est quand j’estime qu’il y a plusieurs truites sur le coup que je commence à pêcher. Alors je vois le vomer des truites, gueules béantes, se jeter sur les hannetons, c’est toujours une grande émotion! Il existe beaucoup d’imitation de cet insecte, je vous livre mon imitation pour la pêche à la mouche, le fruit d’année de réflexion et de recherche de matériaux qui ont grandement optimisé ma pêche. Ils sont arrivés… cette pêche va enfin pouvoir commencer…
Franck Coudière.